Si un propriétaire d’appartement à Paris décide de louer son bien, il pourrait gagner un sacré pactole. Et si les logements inoccupés se trouvent dans les quartiers les plus prisés, les chances que la location de courte durée lui rapporte davantage sont d’autant plus grandes.

Une opportunité ratée de faire fructifier son bien

Ceux qui possèdent un appartement ou une maison à Paris ne le savent probablement pas, mais ils possèdent un véritable trésor. En effet, un logement inoccupé pourrait rapporter un petit pactole à son propriétaire. Même si la durée de location du bien est relativement courte, les gains pourraient avoisiner un peu plus d’un milliard d’euros pour l’ensemble du secteur, selon GuestReady, une start-up spécialisée en conciergerie. Actuellement, plus de 15 % des logements, soit 1,6 million d’entre eux, sont inoccupés. Cette désurbanisation toucherait surtout le centre-ville, notamment les quatre premiers arrondissements de Paris. Les informations nous provenant de l’Apur, reprenant les chiffres de l’Insee, nous rapportent que plus de 20 300 biens immobiliers sont inhabités dans ces quartiers. Face à un tel constat, la start-up a affiché les résultats du calcul et affirmé qu’un appartement vide est une occasion ratée pour son propriétaire de faire fructifier son bien.

Une occasion en or pour la mairie de Paris

Airbnb

L’état actuel des logements inoccupés est désolant, non seulement pour les propriétaires, mais aussi pour de nombreuses personnes dans le besoin. En effet, ce type de résidence secondaire serait très utile pour de certaines personnes : familles, travailleurs indépendants ou étudiants. Ces biens pourraient aisément être mis en location sur Airbnb. Selon les calculs de la start-up GuestReady, une location de 100 jours par an c’est-à-dire le taux d’occupation saisonnière, serait très fructueux lorsque l’on calcule à partir du prix moyen d’une nuitée via Airbnb. Voilà donc une occasion en or qu’il serait dommage de rater. Toutefois, la mairie de Paris ne semble pas totalement enchantée par cette solution. En effet, bien qu’elle cherche à réguler le problème d’habitation dans la région, cela ne concerne que quelques quartiers touristiques, car l’offre est moins concurrentielle dans les quartiers résidentiels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'indiquer votre commentaire
Entrer votre nom ici